Marque engagée, c’est tous les jours le 8 mars pour PlaisirsDurables !

Ce blog PlaisirsDurables vient à peine de voir le jour. En établissant le calendrier éditorial, cette journée internationale des droits de la femme de l’ONU arrive en pole position des sujets incontournables.

Spontanément, pleine d’enthousiasme, je pense à toutes ces choses à dénoncer, à mettre en lumière. On va pouvoir parler des inégalités entre hommes et femmes, des fameux objectifs de développement durables (ODD), de la visibilité ou plutôt l’invisibilité des femmes, …

Puis, les questions se multiplient pour revenir à la base … définir une femme et le féminisme. Qu’est-ce qui fait de certaines personnes, une femme contrairement à un homme ? Doit-on forcément choisir l’un ou l’autre genre ? Est-ce que toute personne constituée d'attributs génétiquement féminins est forcément une femme ? Peut-on être féministe (homme, femme, les 2 ou ni l’un ni l’autre d'ailleurs) et poser des actes sans avoir l’impression de répondre à une injonction ?

Tout cela est complexe et on ne peut pas donner tout à fait tort à ceux·lles qui finissent par répondre avec agacement “A l’heure actuelle, on ne peut plus rien dire sans vexer quelqu’un … ou quelqu’une … quelqu’ … rho, bah tu vois ?!” Tout est une question de nuance, d’habitude de langage et d'inclusivité.  

Dans cette optique, PlaisirsDurables a d’ailleurs choisi Farnese comme ambassadrice (voir notre 1ère vidéo). Farnese est une jeune mannequin trans belge d’origine haïtienne. Peu importe son sexe assigné à la naissance, elle a le droit de vivre pleinement sa vie de femme sans jugement. Du coup, elle subit elle aussi, les injustices liées au genre cumulées à celles déjà subies par les minorités dont elle fait partie. Nous aurons gagné beaucoup de combats le jour où on présentera Farnese uniquement avec son prénom et qu’elle bénéficiera des mêmes chances que n’importe quelle personne humaine sur cette terre. 

Si cette collaboration est récente, PlaisirsDurables prend part à ces changements depuis sa création. Nous luttons à notre façon en reversant 5% de nos ventes à des ONG avec entre autres la “Maison des Femmes” qui vient en aide aux femmes violentées, excisées. Victimes pour avoir commis le seul crime d’être une femme. 

Actuellement, les différents systèmes qui font tourner ce monde sont basés sur le patriarcat. Systèmes bien rodés depuis trop longtemps qui semblent difficiles à modifier et pourtant … le changement est en marche ! Pour qu'il soit durable, commençons par une écoute active. Arrêtons de minimiser ou décrédibiliser le discours des femmes pour des raisons absurdes. Écouter la parole des femmes, c’est la libérer et du coup, la faire exister à sa juste valeur.  

La question du féminisme et du droit des femmes est tellement complexe qu’il est impossible de la résumer en un article. Alors, prenons le temps aujourd’hui, ce 8 mars, pour faire le point. Quelles sont les injustices subies par les femmes dans son pays ? Dans les pays voisins ? Sur d’autres continents ? Dans d’autres cultures ? Comment puis-je aider à mon niveau ? Quelles sont les actions que je peux mettre en place pour éviter les stéréotypes de genre au sein de ma famille ? Au travail ?  

Vous vous sentez perdu·e dans ce débat ? Informez-vous auprès d’associations, nombreuses tout autour de nous avec différents objectifs et bénéficiaires mais avec cette lutte commune contre les inégalités.  

Écouter, s’informer pour comprendre et agir. Voilà un bon point de départ pour faire évoluer les droits des femmes tous les jours de l’année. 

Je m’appelle Marie. Je ne suis ni journaliste, ni sexologue mais simplement bavarde et curieuse. C’est donc sans aucune prétention que je partagerai ici avec vous, deux fois par mois, quelques articles, tantôt utiles, tantôt futiles mais toujours spontanés et libérés.

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés

Découvrez